Nous déménageons à sanspapiers.be – We verhuizen naar sanspapiers.be

Le site sanspapiers.be est encore en construction, mais déjà bien fonctionel. À partir d’aujourd’hui nous y publierons nos nouvelles.

De website sanspapiers.be is nog in opbouw, maar functioneert. Vanaf vandaag zullen we er ons nieuws publiceren.

Publié dans Non classé

Affiches en flyers 25/10

Affiche 100papier-noir&blanc(nl) Affiche 100papiers-couleur(fr) Affiche 100papiers-couleur(fr) Affiche 100papiers-couleur(nl) Affiche 100papiers-couleur(nl) Affiche 100papiers-noir&blanc(fr) Double Tract 100papiers2(fr) Tract 100papiers(nl) T-shirt 100papiers-noir&blanc(fr)

Publié dans Non classé

Expulsion du Parc Maximilien

Début septembre, plusieurs personnes venues de Syrie, d’Irak et d’ailleurs sont arrivées devant l’office des étrangers. Le collectif des sans papiers, la LDH et d’autres personnes étaient déjà présents. Le collectif sans papiers a proposé rapidement d’installer des tentes sur le parc Maximilien et d’organiser une aide humanitaire aux arrivants.
Quelques jours plus tard, une personne a créé une page Facebook intitulée « plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés » et s’est autoproclamée porte-parole, coupant l’herbe sous le pied du collectif des sans papiers. De là, la plateforme s’est autoproclamée coordinatrice du lieu, de l’organisation et des décisions. Cette dernière s’est toujours positionnée comme apolitique.

Aujourd’hui la plate forme décide de façon unilatérale d’évacuer le camp du parc Maximilien.
Le collectatif est en désaccord avec cette stratégie. D’autres personnes présentes depuis le départ dénoncent cette expulsion.
Aujourd’hui les tentes, et ce depuis 9h ce matin, commencent à être démantelées.

Malheureusement, la question des sans papiers n’est pas traitée sur le camp par la plateforme qui refuse catégoriquement d’intégrer les problématiques politiques. Le collectif sans papiers sensibilise depuis le départ sur le fait que les réfugiés d’aujourd’hui sont les sans papiers de demain.
Etant mis à l’écart des décisions et de l’organisation, parfois même accusés de venir profiter de la nourriture gratuite et du « logement », les sans papiers ont décidé de se rendre plus visibles en organisant des émissions de radio sur place. La plateforme estime qu’étant là avant, les décisions sur le camp lui appartienne. Or, il a été vite oublié que les sans papiers sont présents devant l’Office des étrangers depuis très longtemps.

A partir de maintenant :
Un appel est lancé pour des manifestations et une occupation par les soutiens de cet espace, !
Les jours qui suivent seront CHAUDS ; appel à des soutiens pour résister !
Premier RV ce jeudi à 9 h, puis manifestation au parc à 12h………puis d’autres actions ….à inventer….tout le WE

N’oublions pas non plus que chaque mercredi, les femmes sans papiers continuent de manifester en blanc.

Le 25 octobre, Grande manif pour la régularisation de tous les sans-papiers !

Publié dans Non classé

Refugees Welcome 27/09/2015

RWA2Digital

Image | Publié le par

Pour un monde de migrations

Une carte blanche de la Coordination des Sans-Papiers de Bruxelles et Getting the voice out.

L’urgence a été déclarée, l’urgence humanitaire dit-on. Mais le terme “urgence” implique que l’on ne peut y répondre que par des solutions à court terme et ainsi empêcher tout projet à plus long terme, voire  « oublier » les origines politiques de ces urgences…11223628_158188354520135_3477618654456745779_o

L’histoire a connu de nombreuses migrations d’humains en quête d’une vie meilleure. Mais depuis des décennies, les politiques européennes déterminent qui a le droit de séjourner en Europe. Distinction est faite entre les expatriés, bienvenus partout, et les autres, les migrants et demandeurs d’asile, bienvenus nulle part et qui luttent pour obtenir un visa, un titre de séjour, une autorisation de s’installer sur le territoire.

L’Europe s’arroge ainsi le droit de sélectionner les migrants autorisés à se réfugier chez nous : « les  bons,  vrais »  et les « mauvais, faux » réfugiés. Comme si quitter son pays de résidence à cause d’une misère économique était moins justifiable que de le quitter pour cause de discrimination, de répression ou de guerre…

Ces politiques migratoires européennes nient toute responsabilité dans le maintien de la misère, d’une dictature ou d’une situation instable dans un pays et rejettent toute responsabilité pour les drames en mer, sur les plages, sur les routes, pour les misères des campements à Calais et ailleurs, en l’occurrence ici au parc Maximilien.

Et pourtant, plus de la moitié des réfugiés qui campent au parc Maximilien actuellement, en attendant qu’on leur permette de déposer leur demande d’asile à l’Office des Étrangers, recevront une réponse négative à leur demande par le CGRA (Commissariat  Général aux Réfugiés et aux Apatrides).

Certaines nationalités sont actuellement dans le top 10 du CGRA – les Syriens par exemple -, mais d’autres risquent de se faire renvoyer dans leur pays (50 % des Irakiens notamment). Ils seront expulsés ou devront vivre dans la clandestinité, devenir des «sans papiers » avec dans leur poche un ordre de quitter le territoire.

On apprenait d’ailleurs ce mardi dans la presse que plus de 15 Irakiens ont été amenés dans le centre fermé 127bis, dont au moins 8 d’entre eux ont été arrêtés à l’office des Étrangers.

Un demandeur d’asile ne sera accepté que si «il risque un réel danger» à son retour dans son pays d’origine et à condition qu’il ne soit pas passé par un autre pays de l’espace Schengen (Dublin3). Si c’est le cas, il y sera renvoyé manu militari.

Ainsi beaucoup de ces demandeurs d’asile du parc Maximilien risquent de vivre de nouveaux cauchemars dans le futur : expulsion, clandestinité etc. grâce à des normes des plus restrictives édictées par les administrations (UNHCR-Agence des Nations Unies pour les réfugiés-, CGRA, Office des Étrangers).

Les politiques migratoires européennes empêchent dans un premier temps l’arrivée de ces migrants en les bloquant aux frontières. Ceux qui passent à travers les mailles des filets sont filtrés et épinglés comme « bons », « vrais réfugiés » et « mauvais », « faux » réfugiés. Sans parler des réfugiés qui seront taxés de réfugiés « économiques » ou de ceux qui viennent d’un pays « sûr » selon le CGRA et dont la demande d’asile sera refusée dans les 15 jours.

Parallèlement aux aides citoyennes urgentes actuelles, bien d’autres actions sont et seront nécessaires pour soutenir les exclus de nos politiques migratoires qui ne peuvent et/ou veulent pas rentrer chez eux !

D’autres initiatives sont indispensables pour éliminer ce système d’exclusion – dont les migrants ne sont d’ailleurs pas les seules victimes -, et de frontières, propre à nos sociétés actuelles.

Nombre de chercheurs, anthropologues, sociologues confirment que l’ouverture des frontières est bénéfique pour tous (confer le dossier publié dans Les Échos « L’immigration sera la chance de nos économies » (04/09/2015)

Notre lutte contre ces politiques, les luttes des exclus, les luttes des réfugiés, les luttes des sans papiers, sont complémentaires à l’aide humanitaire. Mais si nous ne soutenons pas ces luttes, toutes ces luttes, nous risquons de faire de l’humanitaire pendant des siècles et … dans l’urgence !

Pour un monde de migrations.

publié sur: http://www.alterechos.be/fil-infos/pour-un-monde-de-migrations

Publié dans Non classé

Les réfugies d´hier, sans-papiers d’aujourd’hui – Pour les droits et la dignité

La coordination de sans-papiers Belgique se réunit chaque lundi à Art-Loi (Bruxelles) pour protester. Cette fois ci, le 07/09, la marche a commencé dans le parc Maximilien ou des centaines des réfugiés attendent le début de leur procédure d’asile. Certains des sans-papiers d’aujourd’hui ont fait le même avant, mais ils ont échoué. Les revendications des sans-papiers d’aujourd’hui, qui étaient réfugiés à l’époque, sont claires. Régularisation pour tous, pour une vie dans la dignité.

www.sanspapiers.be
www.facebook.com/sanspapierstv

Yesterdays´ refugees, sans-papiers of today – For their rights and dignity

Every Monday the coordination of sans-papiers Belgique gathers for protest at Art-Loi, Brussels. This time, on 7 September the march started at parc Maximilien where hundreds of refugees are waiting to start their asylum procedure. Some of the sans-papiers of today did the same many years ago but failed. The claims of the sans-papiers of today, which were refugees back then, are clear. Regularisation for everybody, for a life in dignity.

Publié dans Non classé

25/10 grande manifestation sans%papiers – 25/10 grote betoging sans%papiers

Affiche 100papiers-couleur(fr) Affiche 100papiers-couleur(nl)

Publié dans Non classé